Société de Conseil en hôtellerie et gastronomie

Ecotourisme : une nouvelle définition du voyage23 novembre 2017

Retour à l'actualité


Partager cet article :

Ecotourisme …Vous êtes prêts à accueillir les voyageurs responsables ?

Ils représentent une nouvelle génération de clients, qui sont prêts à payer des prestations plus chères s’ils sont convaincus de l’authenticité de l’offre. Bien que l’expérience la plus recherchée reste de se sentir unique, les clients ont beaucoup évolué et d’autres attentes émergent : stimulante, inspirante mais aussi responsable.

Ecotourisme : « Less is more »

« Avec plus d’un milliard de touristes internationaux qui sillonnent désormais le monde chaque année, le tourisme est devenu une grande force de transformation, qui fait une réelle différence dans la vie de millions de personnes. Le potentiel du tourisme en matière de développement durable est immense. Un des secteurs les plus dynamiques en termes de création d’emplois au monde, le tourisme fournit d’importants moyens de subsistance et contribue à lutter contre la pauvreté et à faciliter l’instauration d’un développement inclusif.. » Secrétaire général de l’ONUl, Banki-moon, Journée mondiale du tourisme, 2015

L‘écologie s’est révélée dans l’industrie du tourisme à partir des années 80. La société internationale d’écotourisme définit l’Ecotourisme comme « une forme de voyage responsable dans les espaces naturels qui contribue à la protection de l’environnement et au bien-être des populations locales ».

L’Ecotourisme s’est d’abord développé dans certaines destinations touristiques de luxe comme le Costa Rica et le Kenya. Les éco-lodges de luxe attirent une clientèle avec un haut pouvoir d’achat, et leur stratégie écologique permet ainsi de préserver les ressources naturelles. Il y a aujourd’hui une vraie tendance à l’écotourisme : coller aux préoccupations de la planète, mais également réaliser des économies.

Aujourd’hui, l’écotourisme est au cœur des préoccupations des acteurs de l’hébergement touristique et principalement de l’hotellerie sur le segment haut de gamme. Un tiers des voyageurs font du tourisme responsable un critère de choix et plus d’un voyageur sur deux confirme que le tourisme responsable est un critère que devraient intégrer tous les professionnels du voyage.

L’année 2017 a été proclamée par les Nations Unies « Année internationale du tourisme durable pour le développement ». La France est le leader de l’écotourisme en Europe.

Le développement durable vise à corriger les déséquilibres du développement actuel. Nous cherchons une harmonie entre les dimensions « économie », « sociale » et « environnementale » de façon à protéger la viabilité mondiale et à long terme de l’ensemble.

L’hôtellerie a les moyens de se montrer exemplaire en matière de développement durable; une démarche économiquement viable, socialement équitable et écologique.

Une hôtellerie écologique

Comment développer une stratégie d’Ecotourisme ? En tant que consultant hôtellerie, nous vous apportons nos recommandations.

  • Eco-labellisation : une démarche environnementale reconnue

L’écolabel permet à l’hôtel de se différencier de leur concurrence en proposant une expérience différente. La labellisation, certification reconnue par l’Europe dans le domaine du tourisme a été créée afin de promouvoir la démarche durable et récompenser la responsabilité sociale et l’éthique des hébergements touristiques. Crée au début des années 90, l’Ecolabel Européen est délivré après un audit et déjà adopté par près de 350 hôtels et hébergements touristiques.

Le tourisme d’affaires vert attire une clientèle de plus en plus nombreuse. Alors que la moitié de la fréquentation touristique en France est réalisée par la clientèle d’affaires, les entreprises sont de plus en plus engagées dans des politiques environnementales et l’Ecolabel Européen est un excellent moyen de démontrer la crédibilité de leur démarche lors de leurs évènements.

  • Formation au développement durable :

Si le développement durable dans l’hôtellerie a longtemps été perçu comme synonyme d’inconfort, les professionnels touristiques oeuvrent à présent pour rendre le séjour de leurs clients aussi responsable et confortable que possible.

Les clients perçoivent désormais positivement l’harmonie entre durabilité et bien-être.

Hôtels, restaurants, hébergement de plein air  sont de plus en plus nombreux à considérer les impacts environnementaux de leur établissement : la réduction de leur consommation d’énergie et d’eau, la gestion des déchets, l’utilisation de sources d’énergie renouvelables et de substances moins nocives pour l’environnement, la communication et l’éducation des clients en matière d’environnement…

Toutes les dimensions de l’hôtel sont pensées “durables”.

A ce titre, la formation est primordiale pour fédérer les équipes à cette démarche éco – entreprise : des formations spécifiques sur la politique environnementale, la charte environnementale de l’hôtel, la préservation des ressources, la démarche d’une alimentation durable, la communication digitale autour de la politique environnementale de l’établissement … En tourisme comme ailleurs, la formation des collaborateurs répond à des objectifs de montée des compétences, de compréhension des enjeux du développement durable, de l’application d’une méthodologie au quotidien pour intégrer la démarche de développement durable au cœur de l’établissement.

  • Amélioration de l’offre : penser écologique et équitable pour une expérience client différente

L’offre touristique doit intégrer cette dimension environnementale. La demande ostentatoire est en grande partie délaissée. Les touristes de nos jours attendent non seulement de la personnalisation et de l’exclusivité mais aussi de l’authenticité. Ils cherchent les interactions d’humain à humain et la valorisation des liens avec l’environnement. Les hôteliers doivent intégrer cette démarche d’Ecotourisme pour être innovant et attractif.

Concilier la qualité de service avec l’optimisation des consommations.

 

Voici quelques exemples :

Séjourner dans un hôtel construit en matériaux renouvelables

Six Senses Laamu, aux Maldives: la destination des amoureux de plongée. Chaque villa individuelle a été entièrement construite avec des matériaux écologiques et locaux. 

Participer aux activités de protection de l’environnement

Royal Zambezi Lodge en Zambie : l’établissement participe activement à la protection des animaux menacés de braconnage et lutte également contre l’utilisation abusive des ressources. 

 

Bénéficier de systèmes propres à l’hôtel de recyclage d’eau et de sources d’énergie renouvelable

Hôtel Le Prince Maurice, à l’Ile Maurice : Etablissement certifié Green Globe 21 pour le développement de l’industrie du tourisme durable. Sur place, l’énergie, l’eau, la gestion des déchets et les actions socio-culturelles sont une priorité.  

 

Déguster une cuisine créative respectueuse des saisons et de circuit court en limitant le gaspillage alimentaire. Les menus sont à la base de produits locaux issus de la ferme bio.

Areias do Seixo, au Portugal : Hôtel avec une ferme organique, qui fournit le restaurant en produits frais et bios, sans oublier le poulailler et les ruches. Les restes alimentaires sont utilisés pour le compost. (crédit photo : Areias do Seixo)

 

Profiter d’un moment avec la nature mais également contribuer à la création de valeur partagée localement : emploi, développement économique durable, contribution en impôts et taxes locales, implication dans la communauté…

Kalinaw Resort, en Philippines :  situé au-dessus d’un lagon aux Philippines et qui s’intègre dans le paysage. Une partie des revenus de l’hôtel est reversée aux populations locales. (crédit photo : Kalinaw Resort)

 

  • Charte environnementale : pour un hôtel durablement engagé

Dans le secteur de l’hôtellerie, plus de 150 établissements se sont portés volontaires pour évaluer et communiquer l’empreinte environnementale. Quatre indicateurs environnementaux sont renseignés et déterminent une note globale entre A et E, A étant la meilleure note : impact sur le climat – consommation d’eau – consommation de ressources non renouvelables – part des produits bio ou écolabellisés dans les approvisionnements de l’hôtel.

Décernée pour une durée de 3 ans, l’étiquette environnementale invite les hôtels à s’engager sur des actions à mettre en œuvre pour s’améliorer dans le temps. (source Ministère de la transition écologique et solidaire)

Quelques exemples :

– Trier systématiquement tous les déchets et réduire les emballages

– Valoriser les déchets verts par du compostage

– Privilégier les produits d’entretien écologiques et labellisés

– Ajouter des panonceaux dans les salles de bain pour inciter les clients à signaler si le changement de drap et de bain doit être effectué

– Récupérer l’eau de pluie pour l’arrosage des jardins

– Munir le robinet de la douche d’un mélangeur qui ajoute de l’air afin de réduire la consommation d’eau

– Equiper les couloirs de détecteurs de présence et les ampoules à basse consommation

– Renoncer aux produits de bain en mono doses et proposer des conditionnements plus grands

– Imprimer tous les documents en noir et blanc avec un paramétrage « recto verso » afin de limiter la consommation d’encre et de papier

– Développer la communication externe en version numérique (e-brochure, e-newsletter…)

– Souscrire à l’application Pressreader pour le téléchargement gratuit des journaux pour les clients

– Limiter la fréquence des livraisons des fournisseurs pour des petites commandes

– Favoriser les producteurs locaux / circuit court

 

Ecotourisme  : conclusion

Se tourner vers la nature, choisir un mode vie plus sain et plus respectueux…

En matière de tourisme durable, on redéfinit le tourisme avec une harmonie entre la planète et l’humain à long terme afin de promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, et établir des modes de consommation et de production durables. L’hôtellerie est dans cette prise de conscience et cette volonté de contribuer au développement d’un tourisme durable, l’Ecotourisme. Ce projet nécessite avant tout dresser un plan de développement durable en analysant les enjeux d’une telle démarche, les attentes (client, interne, fournisseurs et pouvoirs publics). De ces conclusions, l’hôtelier définira ensuite les priorités de la démarche et les objectifs à atteindre, l’organisation à mettre en place et les actions concrètes qui en découlent. Cette nouvelle charte d’Ecotourisme sera menée par une personne ou une équipe qui sera responsable du suivi des actions et de l’accompagnement et la motivation de l’ensemble des équipes opérationnelles et fonctions support.